Entreprise
Cliquer pour imprimer cette page.

Voir aussi...
 
Accueil > Transport ferroviaire > Infrastructures ferroviaires au Québec
 

Les infrastructures ferroviaires au Québec incluent l’ensemble du réseau ferroviaire « traditionnel » ainsi que le métro de Montréal, qui constitue, par sa nature même (réseau souterrain fermé et sur roues), un cas particulier.

Le réseau ferroviaire (métro exclu) au Québec est d’une longueur de près de 6 600 kilomètres et s’intègre au grand réseau ferroviaire nord-américain. Le réseau ferroviaire nord-américain est divisé, notamment, selon les revenus des compagnies. Il y a de grandes compagnies ferroviaires (catégorie ou classe 1), ainsi que des compagnies régionales et locales (catégories ou classes 2 et 3). Au Québec, on trouve la même division, hormis les compagnies de classes 2 et 3 qui sont regroupées en chemin de fer d’intérêt local (CFIL). De plus, il y a des chemins de fer d’entreprises qui sont exploités par des compagnies manufacturières ou extractrices de ressources, presque uniquement pour leurs besoins.

Au Québec, deux grandes compagnies ferroviaires de classe 1 ressortent nettement, soit :

  • la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada – Canadien National (CN), qui est présente sur une bonne partie du territoire québécois
  • la Compagnie de Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP ou CP), circonscrit à la grande région montréalaise.

Ces deux compagnies, les seuls chemins de fer transcontinentaux d’Amérique du Nord (hormis le Mexique), possèdent près de 55 % du réseau ferroviaire au Québec.

Les CFIL, créés à partir de certaines lignes délaissées par le CN et le CP, exploitent près de 30 % du réseau ferroviaire québécois. Les chemins de fer d’entreprise sont situés dans les régions éloignées et exploitent près de 13 % du réseau. Enfin, CSX, une grande compagnie ferroviaire américaine de classe 1 qui relie l’ouest de la Montérégie aux États-Unis par le sud-ouest, en exploite un peu plus de 1 %.

La plupart des voies ferrées de ces différentes compagnies sont interconnectées.

Le réseau ferroviaire au Québec peut également être divisé en propriété publique ou privée. La grande majorité du réseau ferroviaire, soit 88 %, est de propriété privée, notamment depuis la privatisation du CN en 1995. Le réseau de propriété publique appartient aux gouvernements du Québec, du Canada ou de l’Ontario, ainsi qu’à certains regroupements de municipalités, comme en Gaspésie et en Outaouais.

Le réseau ferroviaire au Québec est divisé également selon la compétence. Les grandes compagnies ferroviaires, ainsi que les chemins de fer d’entreprises et les CFIL dont les voies s’étendent hors du Québec, et ceux déclarés « à l’avantage général du Canada »  sont de compétence fédérale, alors que tous les autres sont de compétence québécoise.

Les services de transport ferroviaire de passagers sont offerts au Québec et dans l’ensemble du Canada par la compagnie VIA Rail Canada inc. (VIA Rail), une société qui relève du gouvernement du Canada. Celle-ci possède son propre matériel roulant et l’utilise au Québec sur les voies appartenant au CN, à un CFIL en Gaspésie, ainsi que sur une voie lui appartenant (Vaudreuil-Soulanges). VIA Rail dessert les principales villes et régions du Québec et du Canada. Amtrak, la compagnie américaine de service ferroviaire de passagers, relie Montréal et New York en utilisant la voie du CN au Québec.

Le service de transport ferroviaire de passagers dans la région de Montréal est assuré par l’Agence métropolitaine de transport (AMT). L’AMT utilise son propre matériel roulant et exploite cinq lignes de train de banlieue. Une sixième ligne, le Train de l’Est, est en construction. Les trains de l’AMT circulent essentiellement sur les voies du CN et du CP. Toutefois, l’AMT est propriétaire de deux tronçons, soit Blainville–Saint-Jérôme et Dorion-Rigaud.

Créée le 1er janvier 2002, en remplacement de la Société de transport de la communauté urbaine de Montréal (STCUM), la Société de transport de Montréal (STM) exploite le métro, dont elle possède l'infrastructure et le matériel roulant. Comme la STM, l'Agence métropolitaine de transport utilise son propre matériel roulant et exploite cinq lignes de trains de banlieue. Ceux-ci circulent sur les voies du CN et du CP

Les interventions du Ministère dans le domaine du transport ferroviaire se situent sur les plans suivants :

  • suivi de l'évolution des services de transport interurbain des passagers;
  • suivi et financement des services de transport urbain et périurbain des passagers (métro et train de banlieue);
  • interrelations avec les autres modes de transport des personnes;
  • suivi de l'évolution du transport ferroviaire des marchandises par train à l'échelle continentale et en relation avec les autres modes;
  • suivi de l'évolution du transport des marchandises à l'échelle du Québec et des régions;
  • aide technique et financière aux chemins de fer d'intérêt local (CFIL);
  • application et suivi de la Loi sur la sécurité du transport terrestre guidé, ainsi que du règlement sur la sécurité ferroviaire pour les chemins de fer de compétence québécoise et les sites industriels;
  • suivi, aide technique et financière en matière d'entretien et d'amélioration de la sécurité aux passages à niveau.

Afin de desservir adéquatement les citoyens de toutes les régions du Québec, le Ministère assure le maintien des liaisons maritimes et aériennes avec les régions éloignées (Moyenne et Basse-Côte-Nord, Îles-de-la-Madeleine et Nord-du-Québec). À cet effet, il possède 23 aéroports, 8 héliports et 8 traverses maritimes.

Documentation
Menu.

Voir aussi :
Haut de page